En Sarthe des Chrétiens en Marche, des liens avec la CCBF

Archives de la catégorie ‘Rendez-vous’

Dominique Collin mercredi 4 mars 2020 à CAEN

Extraits de l’Interview de D. COLLIN dans le journal La Croix

Céline Hoyeau : Vous prenez pour point de départ de votre réflexion le fait que l’Évangile ne parle pas à grand monde. Sur quoi appuyez-vous ce constat ?
Dominique Collin : Bien que la chrétienté soit derrière nous, nous continuons à faire parler l’Évangile dans le sens qu’il recevait autrefois mais qui n’est plus significatif aujourd’hui. Or, il est de la nature d’une « heureuse annonce » d’être significative, c’est-à-dire importante. Importante pour quoi ? Pour vivre bien sûr ! Mais si l’Évangile n’est guère entendu de nos jours, c’est parce que nos contemporains ne voient pas en quoi il pourrait les concerner, changer leur rapport à la vie. Beaucoup de catholiques pratiquants eux-mêmes ne sauraient dire en quoi l’Évangile est de la plus haute importance. Si la question vitale pour chacun est : « À quoi rime ma vie ? », entendons-nous que l’Évangile est, comme le dit la Première Lettre de Jean, « la parole de la vie », autrement dit l’expression de la vie elle-même ? Or, chacun de nous est menacé par la tentation du « dé-vivre », ce néologisme que j’aime beaucoup et qui signifie « non pas mourir mais cesser de vivre »… Selon moi, l’annonce de l’Évangile doit en revenir à ce plan tout à fait existentiel, significatif donc, hors duquel il ne peut pas être une bonne nouvelle en acte.
Au 3 rue Nicolas Oresme vous trouverez une grande pancarte indiquant Maison Diocésaine : entrez et tournez à droite vous trouverez un large parking où vous pourrez garer votre véhicule. Un fléchage sera prévu pour vous orienter vers la salle où se déroulent l’atelier ou la conférence.
Bonne navigation
Céline Hoyeau : Vous êtes dominicain, vous avez consacré votre vie à la prédication. Votre constat s’enracine-t-il dans une expérience personnelle ?
Dominique Collin : Je me sens moi-même au milieu du gué. D’un côté se tiennent les chrétiens de souche, qui attendent de l’Église qu’elle les confirme dans leur foi et dans leur pratique. Sur la rive opposée, le plus grand nombre, de plus en plus éloignés de l’Église.
Mes amis les plus proches ne sont pas contre l’Église mais ils ne se sentent pas concernés par son discours. L’un d’eux, venu m’entendre célébrer la messe il y a quelque mois – ce qu’il ne fait jamais –, ne s’est à aucun moment senti rejoint par ce qui se disait ou par ce qu’il voyait. Faire parler l’Évangile comme une parole de vie : tel est aujourd’hui le plus grand défi pour les chrétiens.
Heureusement, je constate aussi avec joie que l’Évangile n’a rien perdu de sa force, encore faut-il qu’il soit exprimé comme une parole de vie, et non comme un message religieux d’un autre âge. Même la déchristianisation, dont on pourrait se plaindre, est moins un obstacle qu’une chance. Du moins est-elle un formidable défi. Parce que, d’une manière ou d’une autre, elle nous oblige à partir, non pas du « déjà-entendu », mais de l’inouï, du « non-encore-entendu ». En ce sens, « inouï » est un autre nom pour dire « significatif ».
Céline Hoyeau : Comment faire entendre l’inouï de l’Évangile, selon vous ? Ce serait cela, la nouvelle évangélisation ?
Dominique Collin : Je ne parlerai pas de nouvelle évangélisation, ce qui pourrait, à tort, faire croire à une stratégie de re-christianisation. Pour faire entendre l’inouï de l’Évangile, il faut d’abord l’avoir entendu. Or, les chrétiens croient savoir ce que dit l’Évangile, quel est son message. Ils disent : « L’Évangile, c’est ce message d’amour », comme s’ils savaient ce qu’est l’amour alors que l’Évangile nous le révèle tout autre, inouï donc. Faire entendre l’Évangile, c’est faire entendre à quelqu’un comment l’Évangile est devenu à ce point important qu’on ne comprendrait plus rien à la vie ou à l’amour en dehors de lui.
J’insiste : l’Évangile est une parole « parlante », une communication de la joie d’exister. On ne communique pas la joie d’exister comme on apprend une équation ou une information quelconque. Et c’est pourtant ainsi que nous continuons à parler de l’Évangile. Comme on dit que le feu communique la chaleur, l’Évangile est significatif quand il partage la joie d’exister. C’est en cela que l’Évangile est l’antidote au nihilisme de notre époque, cette aspiration au rien qui est si désespérante de nos jours.
Céline Hoyeau : Dans votre reformulation du message de l’Évangile (« communication de la joie d’exister ») n’apparaît pas le nom du Christ, alors que le christianisme est précisément révélation de Dieu en la personne de Jésus-Christ…
Dominique Collin : Vous dites vrai quant au sens de la parole chrétienne mais vous prenez le risque, en parlant ainsi, de prolonger son insignifiance, ce qui arrive quand elle ne dit plus rien à plus grand monde. Pourquoi ? Parce que le mot « Dieu » renvoie à une idée morte et que la personne de Jésus-Christ n’intéresse plus en dehors de Monsieur Jésus, personnage qu’on renvoie à l’histoire. L’enjeu qui est le nôtre est de distinguer la « signification » de la parole chrétienne de sa « significativité ». Pendant longtemps, l’Église a essayé de persuader du sens objectif de sa doctrine et de sa morale. Maintenant que les questions doctrinales sont taries, il nous faut nous montrer capables d’exprimer comment la parole chrétienne fait corps avec la « parole de la vie », qui parle en tout être humain. Révélation de Dieu, l’Évangile l’est certainement, mais il est aussi révélation d’une vie qui nous est offerte et qui, déjà, parle ou vibre au plus intime de nous. Malheureusement, trop souvent, nous ne nous rendons pas compte que nous transmettons un langage religieux en partie suranné ou un dialecte « catho », au lieu de dire une parole qu’autrui pourrait reconnaître en lui-même comme parlante, vraie, bonne à recevoir, encourageante et propre à redonner la joie.
Autrement dit, il n’y a de communication de l’Évangile que quand se forme entre celui qui l’annonce et celui à qui il l’adresse une entente commune. C’est bien ce qui manque le plus aujourd’hui à la parole chrétienne : une entente commune avec le désir de vivre de nos contemporains, désir mis à mal par une société marchande et agressive. Pourquoi alors leur faire la morale ou leur parler un langage qui ne leur dit rien ?
Céline Hoyeau : Comment transmettre cette « communication de la joie d’exister » ?
Dominique Collin : La condition fondamentale, c’est d’abord d’entendre que l’Évangile est cette communication de la joie d’exister. Nombreux sont les gens qui pensent que l’Évangile est une fable ancienne qui n’a plus de sens ou une morale culpabilisante à dépasser. Peu entendent qu’il conduit à la « vraie vie ». Mais il est vrai aussi qu’on ne peut entendre l’Évangile sans accepter d’être dérouté par sa « folle sagesse », laquelle nous invite à nous déprendre de notre « moi, je », déprise plus difficile à entendre, plus inouïe donc, dans une société du « tout à l’ego » …….

Cycle cinéma aux Cinéastes samedi 8 février 2020

 

logos cinéma

De la violence en religion

Ciné-débat

Samedi 8 février 2020 (15h30-22h30)

Les Cinéastes, Place des Comtes du Maine, Le Mans

 

Pour la Ve édition de ce ciné-débat, afin d’évoquer la violence sexuelle dans les religions, CeM 72, Les amis de La Vie et Les Cinéastes auraient pu proposer la projection de Spotlight (2014) ou de Grâce à Dieu (2019). Ces films cependant ont touché un large public et, sans les ignorer, nous avons voulu nous écarter des affaires d’abus dans l’Église catholique pour déplacer le regard vers des confessions qui mettent en œuvre d’autres mécanismes. Comme nous le verrons, il y a en effet, dans le judaïsme ultra-orthodoxe, des rabbins – mariés – qui abusent d’enfants et il existe, dans l’islam intégriste, une forme de pédocriminalité sans expression directement sexuelle.

15h30Le jeune Ahmed (Fiction – Belgique/France – Luc et Jean-Pierre Dardenne – 1h24 – 2019).

En Belgique, aujourd’hui, le jeune Ahmed, 13 ans, se laisse prendre par les idéaux de pureté de son imam, se radicalise et s’oppose aux différentes tentatives de sa famille, de ses amis, et des services juridiques et sociaux qui tentent de le sortir de cette impasse.

Prix de la mise en scène, Cannes, 2019.

17h15-18h15 : débat dans le hall du cinéma.

19h30M (Documentaire – France – Yolande Zauberman – 1h46 – 2019)

« M » comme Menahem, enfant prodige à la voix d’or, abusé par des membres de sa communauté qui l’adulait. Quinze ans après il revient à la recherche des coupables, dans son quartier natal de Bnei Brak, capitale mondiale des Juifs ultra-orthodoxes. Mais c’est aussi le retour dans un monde qu’il a tant aimé, dans un chemin où la parole se libère… une réconciliation.

Prix spécial du jury, Locarno, 2018.

21h30- 22h30 : Débat en salle.

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

________________________________________________________________________

18h15 – 19h15 : pause dînatoire dans le hall du cinéma (partage des paniers, frigo à disposition).

Possibilité de voir tout ou partie de la programmation. 6,50 €/film (-18 ans : 4,20 €)

Débat à l’issue de chaque projection (Film 1 dans le hall / Film 2 dans la salle)

 ________________________________________________________________________

Réservation en ligne : http://www.les-cineastes.fr/

Achat du billet sur place,

 ou auprès des Amis de La Vie (06 75 90 21 66),

dès le 25 janvier 2020.

________________________________________________________________________

logos cinéma

Yann Raison du Cleuziou Mardi 28 janvier 2020

ATTENTION : la conférence est annulée pour cause de décès dans la famille du conférencier.

C’est une enquête minutieuse qui fera date. Dans Une contre-révolution catholique. Aux origines de la Manif pour tous (Seuil), Yann Raison du Cleuziou, maître de conférences en science politique à l’université de Bordeaux et chercheur au centre Émile-Durkheim, scrute l’influence récente du monde catholique dans la sphère publique. Si le sociologue a le mérite de faire remonter son étude au début des années 1990, il braque surtout son projecteur sur une catégorie précise de catholiques, qu’il qualifie d’« observants » : prise en étau entre sa tentation de « communautarisme » et sa volonté de construire une culture d’opposition, elle est au cœur de la recomposition politique des droites.

http://www.lavie.fr Pascale Fournier 28/02/2019

Jésus L’encyclopédie

Le mercredi 20 novembre 2019, François Boesflug était invité par la Formation Permanente du diocèse pour commenter les œuvres d’art qu’il a choisies pour illustrer les 73 contributions du livre de Mgr Joseph Doré et Mme Christine Pedotti.

Texte de la conférence de François Boesflug du 20-11- 2019

En association avec les Amis de la Vie, nous avons le plaisir d’accueillir Mgr Joseph Doré et Mme Christine Pedotti qui vont nous parler de leur dernier livre :

Jésus L’encyclopédie

Jeudi 8 février à 20h30 salle Barbara au Mans.

VENEZ NOMBREUX !

Doré-Pedotti-3

Jean-Louis Schlegel

L’Église catholique aux prises avec ses vieux démons. Qu’en penser ? Comment en sortir ?

Pour mieux connaitre la pensée de Jean-Louis Schlegel, vous pouvez lire les articles suivants :

Schlegel Article Etudes1910

Schlegel Article GoliasHebdo585

Dites-le à vos amis et venez nombreux.

Retour de Pâque : soirée-théâtre lundi 17 juin

RESERVATION EN LIGNE ET CHEZ SILOË

 

Jean-Yves Camus : la montée des droites extrêmes en Europe

Le collectif chrétien « Agir pour Comprendre » regroupe des mouvements chrétiens : CCFD, Secours Catholique, ACO, ACI, CMR, CVX, CeM72 et d’autres. Avec le collectif « Réagir Pour la Démocratie » (RPD72 proche de la Ligue des Droits de l’Homme), nous invitons Jean-Yves Camus pour une conférence-débat le jeudi 21 mars à la salle de l’Oiselière au Mans.

Montée des droites extrêmes en Europe : Pourquoi ? Comment agir ?

Voici l’affiche : J-Y CAMUS jeudi 21 mars 20 heures salle de l’Oiselière Le Mans

Voici la présentation de Jean-Yves Camus : Jean-Yves CAMUS, politologue

Parlez-en autour de vous. MERCI