En Sarthe des Chrétiens en Marche, des liens avec la CCBF

Charte de la CCBF

« Ni partir ni nous taire »

Les fondements

LA CCBF est fondée sur la dignité propre des baptisés.

Au titre de cette dignité, les catholiques baptisés, confirmés sont des membres adultes et responsables de l’Église catholique.

Être baptisé, ce n’est pas avoir une identité passive (appartenir à) mais répondre à une vocation propre (annoncer).

La mission de l’Église, confiée par le Christ lui-même, est d’annoncer la Bonne Nouvelle du Salut. Elle repose sur les baptisés.

La CCBF est catholique (Conférence Catholique des baptisé-e-s de France) dans la mesure où la réalité qui est la nôtre est d’abord celle de l’ecclésiologie catholique. Nous affirmons avec force notre grand désir de communionavec nos frères et sœurs des autres Églises chrétiennes.

Les objectifs

Le premier objectif de la CCBF est de susciter la conscience de chaque baptisé afin de le rendre acteur, acteur de la vie de l’Église, de sa mission et de son avenir.

Acteur de la vie de l’Église par le ministère de l’écoute

La CCBF veut contribuer à faire de l’Église un lieu de parole et d’écoute. Pour s’entendre, il faut se parler. Pour parler au monde, il faut l’écouter.

Acteur de la mission de l’Église par le ministère de la bénédiction

L’attitude de bénédiction est faite de bienveillance, de sollicitude, et d’empathie avec la vie des hommes et des femmes qui nous entourent.

Acteur de l’avenir de l’Église par le ministère de l’espérance

Entrer dans l’espérance, c’est rendre à l’Église la foi en son avenir et rappeler à notre monde qu’il est aimé de Dieu.


Les moyens

Entre l’action et la réflexion,

nous nous situons comme producteurs de sens.

Il s’agit de donner à voir et à penser par l’usage de l’événement, du signe visible, de la parole créative. LA CCBF se rêve joyeuse, fraternelle, et fait droit à l’imagination contre la sclérose des mots et des attitudes.

Les engagements

La conférence se situe résolument à l’intérieur de l’Église. Nous parlons du cœur de notre Église, non de ses marges, dans la fidélité à Vatican II.

La conférence ne se structure pas en instance revendicatrice sur les nombreux sujets en souffrance dans l’Église catholique de France. Il ne s’agit pas pour nous de revendiquer mais d’agir.

Nous voulons exprimer une opinion constructive. Nous voulons promouvoir la dignité et la responsabilité des baptisés dans l’Eglise, et en particulier des femmes.

L’Église est notre maison. Nous y sommes acteurs au présent et bâtisseurs d’avenir.

Nous ne demandons rien mais nous espérons tout.


Fait à Paris le 2 février 2010, en la Fête de la Présentation au Temple


Publicités