En Sarthe des Chrétiens en Marche, des liens avec la CCBF

NON à l’intolérable                                  Jean CARDONNEL

                                                                               (1968)

16. Dieu, c’est l’exigence de la transfiguration de notre monde pour qu’il devienne non pas l’autre monde, mais un monde autre.

18. alors la foi ? C’est le sens , c’est le sentiment de l’intolérable…Dieu nous inquiète, Dieu nous presse jusqu’à faire surgir notre toute fragile et épuisante liberté.

21. notre péché de chrétiens, c’est de vouloir rester purs, de vouloir rester propres…

n’ayons pas peur de mélanger Dieu dans son Christ à toutes les affaires de ce monde.

37. ..participer à l’avènement d’un monde autre ..qui nous montrera que l’évangile de Jésus-Christ, ce n’est pas d’abord une doctrine, c’est un fait.

38. « je ne sais qu’une chose, j’étais aveugle et maintenant j’y vois. »

47. l’humour est inséparable du  croyant (et de l’ « aimant »…) il n’existe jamais d’amour sans humour.

49. il faut vouloir aimer tous les hommes…et cet amour universel ne s’éprouve pas d’abord au niveau des sentiments, mais cet amour se prouve, cet amour s’incarne dans les faits, dans les actes.

63. tout homme , toute femme attend celui ou celle qui le révélera, qui le manifestera au plus profond de lui-même,…au plus tendre de son être.

Il ne s’agit plus là de « maître » au sens de celui qui exerce un empire, qui fait plier, mais il s’agit du révélateur de toujours plus d’humanité. 

66. Dieu n’est pas le tout-puissant, mais il est la passion du monde…si vous voulez, il est le « souffre-tout ».

77. la religion, sous une forme ou sous une autre me présente un « dieu-chef », un dieu autoritaire, …alors que la Révélation m’offre un libérateur…

cf Amos 5, 21-24,  Jérémie 7, 11-14,  Isaïe 58, 1-8

80. la plus grande menace qui pèse sur nous, c’est la menace d’une existence sans passion.

85. dans tout l’Evangile, Jésus ne dit  jamais aux hommes : « je te sauve, je t’ai sauvé » …il dit : » va en paix, ta foi t’a sauvé »…je te respecte à un point tel que je te constitue toi-même, homme, par ta foi, ton propre libérateur.

100. la mort est toujours désarmée par celui qui choisit autre chose que lui-même :

la résurrection n’est pas un miracle,

la résurrection c’est la logique de l’amour fraternel.

Notes de lecture de p.M.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s